Quelle est la meilleure période pour adopter le système ?

C’est sans conteste l’époque de la rentrée scolaire qui est la mieux adaptée, car c’est à ce moment là que les professeurs expliquent et mettent en place leurs méthodes de travail, mais de nombreux exemples démontrent qu’il est aussi possible de l’adopter à d’autres moments. Envisageons les tous :

La rentrée scolaire :

C’est la période idéale, celle de la mise en place des méthodes de travail qui vont guider l’année. Le système étant très cadrant pour les élèves, il leur permet d’entrer tout de suite dans un rythme de travail. Cela est d’autant plus facile, que dans la majorité des cas, les élèves sont encore bien disposés vis-à-vis de l’année scolaire naissante. Le fait d’être avec leurs camarades favoris les encourage aussi beaucoup. Les premières tâches données doivent être assez faciles afin d’entraîner l’attribution de nombreux points bonus afin de les mettre en confiance. L’ambiance de classe s’en trouvera immédiatement améliorée. Il n’y aura pas de tension entre eux et vous, et le cours suivant aura de bonnes chances de se dérouler dans des conditions identiques.

Au professeur de savoir entretenir ces bonnes relations en alternant les apports de connaissances, les moments de travail individuel et les travaux de groupe bonifiés.

Les autres périodes de l’année :

En règle générale, toutes les périodes de retour de petites vacances sont possibles.

Un premier exemple concerne ma collègue et amie Dominique Guttin. Elle m’emboita le pas seulement deux mois après ma première mise en place, au retour des vacances de la Toussaint. Il lui fut aisé, dès les premières heures de reprise, d’expliquer les modifications qui allaient être appliquées au cours d’anglais, et ses élèves adhérèrent au système aussi bien que les miens.

On pourrait facilement penser que la réussite de cette mise en place vient du fait de la relative nouveauté de l’année scolaire en cours ; mais que dire alors de ce mail reçu au mois de mai et venant d’une jeune collègue m’annonçant que, n’ayant eu connaissance du système qu’en fin d’année, elle l’avait malgré tout adopté, et que le succès avait été immédiat ?

Il faut aussi alors mentionner le nombre très important de collègues l’ayant mis en place en cours d’année, quelle que soit la période, avec toujours le même retour : une motivation des élèves retrouvée, des résultats scolaires améliorés, une meilleure ambiance de travail et de classe…etc…

Certains collègues de lycée professionnels se sont même engagés dans cette mini-révolution en fin d’année scolaire 2010-2011, et seulement un mois avant les examens finaux. Les retours sont, là aussi, très positifs à tel point qu’ils l’ont remis en place à la rentrée 2011, et ont convaincu bon nombre de leurs collègues d’entrer dans l’aventure avec eux, et ce, toutes matières confondues, bien évidemment.

Il me semble pourvoir dire alors que, si le professeur est convaincu du bien fondé du système, la période importe peu. Les raisons de l’adopter pourront être multiples (bien démarrer l’année, la relancer, la terminer le mieux possible…), le résultat sera toujours le même, ainsi que développé largement dans le livre.

Il ne faut  donc pas hésiter à se lancer, sans se demander si la période est favorable ou non.